Tristes constats

Nous sommes le 28 janvier 2019 et c'est le temps de faire le bilan de l'année passée à la ferme. On fait la comptabilité, on prépare les projets, on planifie les investissements...

Cette année a été très riche et notre bilan général est bon. Nous ne sommes pas encore dans nos années "croisières" mais nous vivons de notre métier et nous pouvons nous projeter dans le futur sur notre ferme. C'est une évolution constante et rassurante.

 

Le maraîchage est une réussite. La vente à la ferme se développe de plus en plus et la vente au magasin de producteurs marche très bien aussi.

Le verger a donné moins de pommes que l'an dernier et nous avons tout transformé en jus. Le verger est en plein changement. Nous plantons des pommiers de plus grandes tailles, de diverses variétés. 

Nous diversifions cette activité en mettant en place un petit atelier fruit rouge ( fraises,framboises, myrtilles ).

 

En ce qui concerne l'élevage, le bilan est bon sur les moutons et la vente d'agneaux d'herbe. En effet même avec une augmentation de mon troupeau, j'arrive à vendre la quasi-totalité de mes agneaux en vente directe. Le reste ( environ 3% ) part à la coopérative Limovin.

 

Le bilan pour la laine est plus mitigé. Les ventes ont augmenté par rapport à l'an dernier malgré le fait d'avoir fait moins de salons et aucun marché de Noël. La vente en ligne, au magasin Talents Creuse sur l'aire des Monts de Guéret et à la ferme me permet de diminuer les déplacements. J'ai également fait des économies sur les frais vétérinaires par une meilleure gestion de l'alimentation et des analyses coprologiques régulières. Toutefois mes charges de transformation ont beaucoup augmenté. J'ai répercuté une partie de cette augmentation sur mes prix de vente, mais la part des charges par rapport aux produits est toujours insuffisante pour que cet atelier soit rentable. Le coût de la soie ayant flambé, le coût des déplacements aussi, la part de plus de 30 % pour faire fonctionner la coopérative de transformation de la laine... Cela m’amène à la décision de diminuer mon troupeau de chèvres Angora. J'avais déjà effectué un ajustement sur mes produits en privilégiant ceux à moindre coût de transformation ( je n'ai plus que des chaussettes et écharpes en produits finis ) mais cela n'est pas suffisant. Je dois encore diminuer mes charges. Je vais essayer de transformer de manière indépendante et surtout en moindre quantité. J'espère que cette tendance est un ajustement temporaire... La laine est ma passion, mais je ne souhaite pas que cet atelier devienne déficitaire et diminue les résultats et la rentabilité de notre ferme. J'ai d'autres pistes, mais c'est long... 

 

Voilà pour notre bilan 2018.

Nous commençons 2019 avec de nombreux projets ( un "nouveau verger, des petits fruits, des poules pondeuses, moins de mohair mais peut-être plus de laine de moutons, une boutique avec d'autres produits de voisins paysans, une ouverture de la boutique à la ferme le samedi matin et le mardi soir en saison ... ) et une envie toujours renouvelée d'être paysans et de vivre de ce métier ( qui ne peut se résumer à ce terme ! c'est un mode de vie pour nous ).

https://www.cairn.info/revue-francaise-de-socio-economie-2012-1-page-117.htm