La tonte de l'automne 2017

Le mois de septembre est souvent chargé à la ferme, il y a toutes les récoltes au maraîchage, les pommes qui commencent à être mûres aussi, préparer les bâtiments pour accueillir les animaux cet hiver, préparer la terre pour semer les céréales... Et la tonte des chèvres Angora.

 

Il y a quelques étapes que nous avons acquis avec l'expérience et qui nous permettent d'assurer une tonte calme et sereine. Tout ça dans le but de récupérer des toisons propres et entières . Cela nous permet de trier et de sélectionner plus efficacement les fibres. Voici ces étapes.

 

1. Avoir des animaux secs

Les quelques jours avant la tonte, nous gardons les animaux à l'intérieur s'il pleut pour avoir des toisons bien sèches. Cette année, il a fait un temps magnifique et parfait pour la tonte. 

 

2. Faire jeûner les animaux la veille

Pour le confort des chèvres, il est préférable de ne pas les nourrir la veille au soir. En effet, c'est plus agréable pour elles d'être tondues le ventre vide car la panse prend de la place et est un peu comprimée pour certaines postures durant la tonte. La digestion étant complexe et cyclique chez tous les ruminants, mieux vaut éviter de stresser leur système digestif. Et comme nous, il est plus facile de se "plier" lorsque l'on n'a pas trop mangé plutôt qu’après un repas un peu trop gourmand! C'est donc moins stressant pour les chèvres et plus facile pour le tondeur.

 

3. choisir son tondeur et avoir confiance en lui

Nous avons la chance de travailler avec un tondeur professionnel qui est passionné par son métier et très doué. Je crois que la relation entre le tondeur et l'éleveur est primordiale. Chaque éleveur à sa vision de l'élevage et du respect de ses animaux, c'est pourquoi être en adéquation avec les gens qui interviennent sur le troupeau est important. Notre tondeur est calme et efficace et il a écouté nos attentes dès le début. Il a compris l'importance de cette étape pour nous permettre de produire un mohair de très haute qualité.

 

4. Aménager le lieu de la tonte

Nous n'avons pas de salle de tonte dédiée à cette activité mais nous suivons quelques règles pour simplifier et fluidifier le travail. Nous rassemblons les animaux dans un petit enclos où il est simple de les attraper, une fois saisis nous les amenons au tondeur qui s'occupe de la tonte. Nous respectons un ordre bien précis. Nous passons les animaux dans un certain ordre: selon leur finesse pour ne pas avoir de fibres d'adultes dans le kid-mohair. Une fois tondues, s'il fait beau, les chèvres partent dehors manger! Et s'il pleut nous les guidons dans la chèvrerie pour euh... manger aussi!! Le tondeur amène son plancher de tonte en bois et durant la tonte nous balayons les écarts pour ne pas polluer les toisons suivantes. Les écarts sont les parties que nous ne gardons pas (la casquette, la barbichette, la queue et le bas des pattes). Ces fibres étant souvent ou trop courtes ou trop grossières et des fois trop sales comme la barbichette qui est un réservoir de brindilles de foins...

 

5. des minéraux!

Une tonte réussie commence le lendemain de la tonte précédente! Les toisons poussent continuellement de plus de 2.5 cm par mois. Les chèvres (ainsi que les moutons) ont donc des besoins particulier en minéraux et en sel. Un travail quotidien et une surveillance du troupeau aiguë permet de produire des toisons solides, lustrées, longues et douces. Les chèvres Angora ont particulièrement besoin de cuivre pour la brillance de leur toison. Le travail de Pat Coleby est très intéressant sur ce sujet. 

 

6. Du foin et du grain

En plus des minéraux les chèvres doivent être bien nourris et complémentées en protéines avec les céréales que nous produisons sur notre ferme. La qualité de l'alimentation est un facteur essentiel dans la production de toisons de qualité. Nous croyons personnellement à une agriculture la plus respectueuse des cycles et des besoins de la nature. Nous produisons l'intégralité de l'alimentation que consomment nos troupeaux. Nous apportons un soin particulier lors des foins pour récolter et conserver un fourrage riche et diversifier. Nous faisons du pâturage tournant pour limiter la pression parasitaire sur nos animaux et nous complémentons avec des céréales produites également sur la ferme, le tout en agriculture biologique. Tout ce travail nous permet de maîtriser la qualité de l'alimentation de nos animaux. Nous respectons la biologie des ruminants par des rations réfléchies en utilisant une méthode  d'alimentation ( OBSALIM) en parfaite adéquation avec le cycle digestif des chèvres. Il y a un certain équilibre à trouver pour produire des toisons qui répondent aux exigences de nos clients. trop de calories rendent les fibres grossières, une carence en minéraux engendre des faiblesses sur la longueur de la fibre et pas assez de nourriture diminue la production et donc le poids des toisons. L'expérience et l'observation de l'éleveur sont la clé d'une fibre de bonne qualité.

 

7. Passer du temps avec son troupeau

Nous soignons nos animaux matins et soirs TOUS les jours. Nous passons du temps avec eux pour observer leurs comportements. Anticiper et prévenir les problèmes est pour nous la clé d'un élevage sans stress. Il y a des fois des "urgences" à gérer mais la plupart du temps le rythme de vie est calme et serein. Les animaux connaissent notre voix. Nous sommes ponctuels pour donner le foin et le grain, ce qui permet aux animaux d'avoir un rythme régulier. Lorsque le jour de la tonte arrive, les animaux ressentent un changement mais le fait de leur parler et de les rassurer suffit pour la majorité d'entre eux à être tondus dans une ambiance relaxée. Un stress pendant la tonte peut être la cause d’œdème les jours suivant. Pour éviter cela tout est prêt et le travail efficace.

 

 8. Préparer pour stocker

Chaque toison est identifiée avec le numéro de l'animal sur un carton et rangée dans une caisse individuelle. Plus la tonte est calme plus vous avez de chance de récupérer une toison complète. Avoir une toison entière comme si on avait enlevé un manteau d'une seule pièce de l'animal permet un tri rapide et sans erreur. Les jours suivant sont dédiés au tri. Nous pesons les toisons avant et après le tri pour garder une trace d'une tonte à une autre des poids de toison. Pour chaque animal nous notons la qualité du mohair (forme des mèches, propre, quantités d'écarts...) et nous classons par finesse. Toutes ces notes nous permettent de sélectionner les animaux les plus intéressant pour notre production et planifier les reproductions à venir. 

 

9.Après la tonte

La journée a été longue et physique mais nous prenons toujours le temps de tout ranger le soir même. Les caisses pleines de notre trésor laineux sont stockées à l'abri de l'humidité, des mites et des souris qui y trouvent des nids douillets!! Et puis nous nourrissons les animaux, passons encore un peu de temps avec eux. Il y a toujours un moment de chahut après la tonte comme si le fait de les tondre modifiait un peu leur perception olfactive. Il y a souvent quelques mises au point sur la hiérarchie du troupeau à ce moment.

 

10. Le repos du guerrier!

Après la tonte, on est souvent fatigué! Un peu d'étirement et au lit!

 

J'espère que vous en savez un peu plus sur la tonte et sur la production de mohair et de laine de manière générale. A bientôt.

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Suzy (mercredi, 18 octobre 2017 13:50)

    J'aimerais vraiment venir voir la tonte un jour!

  • #2

    CouleurLaine (mercredi, 18 octobre 2017 15:04)

    wwaahh ! quelle journée :-)
    il y a tellement de bienveillance dans ton récit ! Je pense que vos chèvres vous rendent bien tous ces soins attentionnés.
    Comme quoi on peut produire dans le respect de tous et de tout ... et y prendre beaucoup de plaisir, et en donner beaucoup aussi avec des fils superbes.
    Je crois l'avoir déjà dit plusieurs fois, mais j'admire le travail de votre ferme ... ca donne espoir en une prise de conscience de tous, que ce sont tous ces "petits" projets qui donneront un formidable élan et feront boules de neige pour un monde respectueux des hommes, des animaux, de la nature. une révolution douce par le bas :-)

  • #3

    Pascale (vendredi, 20 octobre 2017 08:27)

    Après tout ce travail, prendre le temps d'écrire un tel article est vraiment en beau cadeau pour nous ! Merci beaucoup. Tout comme Suzy, j'aimerais venir voir la tonte et découvrir votre exploitation et tout le travail que vous y faites....J'ai encore un peu trop de stock de laine à la maison, mais dès que je peux je testerai sur mes aiguilles le fruit de votre travail ! Bonne suite à vous dans ce travail qui vous passionne . Bravo !