Retour sur le marché de Noël

     De retour à la ferme après 23 jours dans le chalet du marché de Noël de Limoges. Retour en images sur cette aventure.

 

     Premier jour ensoleillé (comme les autres qui suivront !) pour l’installation. Comment faire tenir tout son stock dans ce petit chalet ? Quelques caisses en bois, des tréteaux, et un peu d’astuce ! Je voulais exposer le maximum de choses, mais l’espace était restreint alors j’ai fait le choix de présenter un nuancier des pelotes de laine et puis quelques produits finis. De la ficelle pour faire les bottes de foin m’a servi à accrocher les SAO. Une journée d’installation, la rencontre avec les artisans voisins et la découverte du village de Noël m’ont bien occupée. Le soir retour à la maison pour ramener les derniers trucs oubliés. Hugo a dû me faire des rondelles de bois pour inscrire les prix et il m’a bricolé un super présentoir pour les anneaux marqueurs. Bizarrement, personne ne savait à quoi cela servait et j’ai dû plus d’une fois montrer l’utilité incontestée de ces précieuses breloques !

 

     10 h 30, le 4 décembre. Et c’est parti ! On a eu un temps magnifique quasiment tout le temps. Beaucoup de monde le week-end, un peu moins la semaine, mais quand même du passage. J’ai rencontré des gens qui vivent tout près de chez moi, des Parisiennes, une écharpe est partie au Québec et un poncho en Italie ! J’ai discuté avec des fans de tricot. J’ai expliqué la ferme, le travail, la transformation. Et je me suis rendu compte que les gens confondent souvent lapin angora et chèvre angora. J’ai dû expliquer que les lapins angoras produisaient la laine angora, mais que les chèvres angoras produisaient la laine mohair !

 

     J’ai mangé de nombreux cornets de châtaignes grillées, mais je n’ai jamais craqué sur des sucreries telles les sucres d’orge ou les churros. Pendant ce temps, Hugo me remplaçait à la ferme. Il a fait un travail formidable. Il a dû s’occuper seul du troupeau de chèvres angoras, mais aussi du troupeau de brebis Limousines et assurer sa vente de légumes ! Sans lui, je n’aurais pas pu faire ce marché.

 

J’ai appris beaucoup de choses durant ces jours. Premièrement, il ne suffit pas de produire, il faut aussi savoir vendre sa production. En tant que passionnée de mohair et de tricot j’ai de quoi argumenter. Mais la vente est un vrai métier et y être confrontée aussi longtemps avec des gens aussi différents c’est formateur. Il y a ceux qui sont touchés par la matière, ceux qui sont attirés par les couleurs, ceux qui doivent trouver un cadeau de dernière minute (pas les plus durs à convaincre !), ceux qui n’ont aucune idée du travail qu’il y a derrière et qui marchandent, ceux qui apprécient le local et l’artisanal, ceux qui ont adopté les chaussettes en mohair et y reviennent, ceux qui disent « Ça pique », ceux qui disent « Oh c’est doux et très chaud », ceux qui parlent de leur mère qui tricotait... Bref des tas de gens, d’histoires de chemins différents. La vente est un métier. Mais pour moi, je le prends comme une sorte de jeu. Convaincre, argumenter, tenter, écouter, jouer, rigoler... Ce que j’ai appris c’est de bien écouter les personnes devant moi. L’artisanat est un monde merveilleux, rempli de travailleurs qui ont du talent, des idées, de l’imagination. Pensez toujours à eux lorsque vous offrez un cadeau !

 

     J’aimerais que chaque personne fasse cette expérience une fois dans sa vie. Porter du mohair et sentir la douceur, puis la chaleur vous envelopper. Les fibres animales sont un trésor de la nature. En tricot, en crochet, en tissage, en feutrage, en isolation... vous pouvez trouver chaussette à votre pied !

 

     20 h, le 27 décembre. Fini ! Il y a aussi l’envers du décor. Un petit torticolis, manger un peu trop de sandwichs, une compil de Noël dans les haut-parleurs pas si riche que ça au bout de 23 jours, des bruits, des gens, du mouvement, des lumières, tout le temps. Je le savais, mais la vie citadine m’épuise. Je suis très heureuse d’être rentrée à la ferme, d’y retrouver mes animaux et mon chéri. Voir le soleil se lever sur l’étang et se coucher derrière les Monts de Blond. Profiter du calme. Il y a encore de très belles journées. Profitez de vos proches et de vos cadeaux et à très vite...

 

   


Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Serial Fileuse / Stéphanie (mercredi, 30 décembre 2015 20:55)

    Je te souhaite un bon retour chez toi Chloé et une très bonne fin d'année ! J'espère que toute cette énergie dépensée au marché de Noël t'a quand même rapporté un peu de sous.. Je t'embrasse, à bientôt j'espère !! ;-))

  • #2

    céline (dimanche, 03 janvier 2016 17:52)

    Ouah! 23 jours sur un marché de Noël, je t'admire! Tu devais détester les chants de Noël à la fin!
    Je comprends en tout cas que tu sois heureuse de retrouver la campagne, son calme et ses jolis paysages... Ton stand avait l'air très joli en tout cas. Ça fait 2 ans que je me tâte pour aller vendre des bricoles maison sur un marché de Noël : bougies, photophores, baumes, bijoux, mais je n'ose pas sauter le pas... Ça ne doit pas être facile de vendre. Profite bien de ton chez toi et de ta campagne paisible. A bientôt!

  • #3

    Chloé (mardi, 05 janvier 2016 13:17)

    C'était plutôt éprouvant physiquement et mon estomac me le rappelle encore. Je crois que j'ai détraqué ma flore intestinale en mangeant de la m.....
    La vente est un exercice périlleux et il faut avoir confiance en soi. Je suis personnellement convaincue de mon produit mais je ne suis pas une très bonne vendeuse. Mais avec la pratique tout s'améliore. Les arguments sont plus justes. Il faut écouter. Tu devrais te lancer, c'est sympa. Peut-être existe-t-il des foires artisanales vers chez toi? J'ai juste une remarque. Pour en avoir fait il y une chose qui me chiffonne. Les personnes qui vendent leurs créations à un prix dérisoire qu'ils fabriquent le week-end comme loisirs pendant que toi tu essaie de vivre de ton truc en vendant des produits artisanaux avec toutes les charges que cela comporte. Je ne suis pas contre. Au contraire plus les gens verront ce genre de choses plus ils voudront acheter du fait-main. Alors oui tu devrais essayer, mais ne "donne" pas ton travail.