De l'importance de l'échantillon

knitting swatch
Echantillons

Eh oui ! L’éternelle question, cette petite étape qui n’est pas notre favorite. Et pourtant...

 

Je ne veux pas vous parler de technique. Il ne s’agit pas de « Tricotez un carré de 10 cm sur 10 cm en jersey, vous avez 1 heure ! ». Non, je vous parle de jouer, de tester, de sentir, de regarder, de combiner, de tricoter sans objectif. Découvrir une laine, la toucher, monter les mailles et puis se laisser aller. Juste pour le plaisir de la matière qui glisse sur les aiguilles. 

 

Pourquoi l’échantillon est-il si important ?

 

Parce que si vous ne faites pas d’échantillon vous ne pouvez pas savoir combien mesurera votre tricot à la fin. Votre échantillon vous parle, écoutez-le. Même si 1 cm ne fait pas une grande différence sur l’échantillon, à la fin de l’ouvrage la somme de cette différence fera beaucoup.

 

Pourquoi la taille des aiguilles n’est-elle pas si importante ?

 

Parce que chaque personne tricote à sa manière. Tout le monde possède sa technique propre, ses petits gestes, ses habitudes... On pourrait donner à dix personnes la même laine, la même paire d’aiguilles et elles tricoteraient des points jersey différents !

Le plus important n’est donc pas la taille des aiguilles, mais bien la mesure de l’échantillon. La personne qui a écrit le patron tricote sûrement plus ou moins souplement que vous, son échantillon sera donc plus ou moins large que le vôtre.

 

Toujours faire un échantillon ?

 

Non ! Je pense que pour un châle, une couverture de bébé, vous n’êtes pas obligés de passer par là. Mais si vous avez choisi un patron que vous aimez beaucoup, un pull un peu travaillé, un cardigan ajusté, faites l’échantillon !

 

Comment tricoter l’échantillon ?

 

Plus il sera grand, plus il sera représentatif. Eh oui. Commencer par tricoter quelques rangs au point mousse (pour éviter le roulotter) et garder toujours trois sur les côtés en point mousse (même raison). Puis tricoter du jersey et essayer les différents points de votre patron. Certaines diminutions, augmentations, les côtes s’il y en a. Et si votre patron comprend un point spécial, tricotez-le aussi !

 

Pensez votre échantillon comme un jeu.

 

J’aime faire des échantillons, les collectionner, les accrocher, m’en servir de sous-tasse... Ne soyez pas trop sérieux : jouez !

Faites connaissance avec votre laine, vos aiguilles, le patron. Vous pouvez adorer une pelote et vous rendre compte que le point choisi ne la met pas en valeur. Ou bien que la structure de la laine n’est pas faite pour les torsades... Sur un échantillon, ce n’est pas grave, mais au milieu de votre pull ?

Jouez, testez, mélangez. Essayez différentes tailles d’aiguilles, différents points... Commencez une collection, sur des petites étiquettes notez la date, le nom de la laine, la taille des aiguilles, le nom du point. Et quand il y en aura trop, faites une couverture !

 

 

Voilà ma vision de l’échantillon. Alors c’est parti, faites un tour dans votre valise à laine, prenez une paire d’aiguilles et tricotez !



Écrire commentaire

Commentaires : 0